Chapitre 12 - « Origines un jour... »

« Origines un jour... »






Tandis qu’ils devaient faire un choix des plus difficiles entre la vie de Cysia et celle de Nelahel, les trois compagnons de route ne puissent pas se décider et commencèrent à croire que tout serait terminé.

Jusqu’à ce que la disciple de Crâ s’avance vers le dieu, les bras levés en disant que leur choix allait finalement se porter sur la Laisse Spirituelle.

Sacha : Non ! Tu n’as pas le droit de prendre un tel choix pour nous.

Cysia : C’est justement mon droit ultime de me sacrifier pour que Nelahel vive.

Benzoate : C’est hors de question Cysia ! Nous allons trouver une autre solution.

Cysia : Quelle mauvaise gardienne serais-je si je laissais la vie d’un membre d’Origines entre la vie et la mort.

Dieu Sram : Est-ce le choix final ?

Benzoate, Sacha : NON !

Cysia : Oui, c’est mon choix et j'ai pris ma décision!

Dieu Sram : Dans ce cas ! dit-il en agitant les bras.

Le jeune homme s’avança alors vers la géante créature et lui ordonna d’arrêter ce qu’il était en train de faire, qu’ils n’avaient pas encore réellement choisi.

Benzoate : Eh… Sacha, tu es en train de parler à un Dieu... avertissait-il son nouvel ami d’être plus respectueux.

Sacha : Je m’en fiche complètement, il est hors de question qu’un membre d’Origines se sacrifie pour un autre, c’est absurde, répliqua-t-il en pleurant, le visage rouge de colère.

Le roi des disciples Sram se dit à lui-même, « Tu as bien son caractère, je l’avais senti. ». Il fit alors apparaître trois petites clochettes en or en leur expliquant qu’ils n’avaient qu’à la faire sonner pour se téléporter à l’endroit où la Laisse Spirituelle se cachait.

Lui faisant confiance aveuglément, Cysia prit sa cloche et allait la faire sonner pour se téléporter pour éviter les adieux avec ses amis, que ce serait beaucoup plus facile pour eux et qu’ils ne pourraient pas la retenir contre son choix.

Soudain, Sram s’adressa à Sacha par télépathie au contact d’un regard, lui et le jeune homme étaient en symbiose total tandis que Benzoate et son amie admiraient le spectacle rarissime.

Benzoate : Je ne comprends pas… J’ai l’impression qu’ils communiquent en ce moment sans se parler, c’est la première fois que je vois un Dieu si distrait par une personne.

Cysia : Parce que tu en as vu souvent des Dieux ?…

Le Dieu Sram se releva subitement et leur dit à voix haute, « Je vais vous envoyer sur la terre des douze, utilisez les clochettes seulement lorsque vous serez complètement certains que c’est le bon moment car elles seront efficaces qu’une seule fois. ».

Sacha, déboussolé, se secoua la tête et remercia la créature légendaire avant de disparaitre avec ses amis lorsque Sram claqua des doigts. Par la suite, il se dit encore une fois à lui-même : « Je ne te dois plus rien ma vieille amie. ».

Pendant ce temps, dans une forêt bien lugubre du monde des douze, la terre trembla et un éclair apparu dans le ciel pour venir foudroyer le sol violemment, laissant apparaître Sacha, Cysia et Benzoate, tous les trois, sous le choc d’une telle téléportation.

Benzoate : Il n’y va pas de mains mortes mon dieu… dit-il en se frottant les os pour retirer la terre du sol.

Sacha : Ça ne me dérange pas si je ne vis plus jamais cette expérience.

La disciple de Crâ se leva étourdit et regarda les alentours… Étonnée, elle commença à sourire.

Sacha : Qu’est-ce qu’il y a Cysia ? Tu ne te sens pas bien ?

Cysia : Je ne sais pas si le dieu Sram a fait exprès mais il vient de nous téléporter au bon endroit ! Benzo, nous sommes dans sa fôret !!! répliqua-t-elle toute contente.

Benzoate : Eh… HA OUI !? Mais en fait, je n’ai pas envie de la voir, si jamais elle me déteste maintenant…

Sacha : De qui parlez-vous ? Cysia, tu vas bientôt mourir, il y a plus important !

Cysia : Viens avec nous s’il te plait, nous allons te présenter. Répondit-elle en tendant la main vers le jeune homme.

D’un sourire curieux, le jeune homme tendit la main vers sa nouvelle amie en lui faisant totalement confiance… Soudain, les yeux de la disciple de Crâ devinrent vides d’émotions et changea du vert au blanc en un instant, elle s’évanouit alors peu de temps après.

Dans un cri de désespoir, les deux hommes se lancèrent à sa rescousse en espérant que son heure n’était pas encore venu.

Sacha : Son cœur bat encore ! Rassura-t-il en mettant son oreille sur sa poitrine.

Benzoate la prit dans ses bras et commença à regarder autour de lui, paniquer, comme s’il cherchait quelque chose… Ou quelqu’un. Tout à coup, il vu de la fumée au loin, dans la sombre et se dit que c’était peut-être là où elle se cachait.

Sacha : De qui parlez-vous ? répondit-il, lui aussi sous la panique, les mains tremblantes.

Sans avertissements, le disciple de Sram commença à courir dans la direction de l’indice qu’il avait trouvé, tout ce qu’il pensait à ce moment, c’est de sauver sa vieille amie en détresse. Le jeune disciple de Féca le suivi lui aussi à pleine vitesse à travers cette forêt lugubre et triste où les arbres étaient presque tous morts.

Au loin, à travers les branches, le jeune homme vu une lumière émané d’une maison en bois rond, de l’herbe verte autour de celle-ci avec des fleurs, celle-ci, vivantes et resplendissantes.

Sacha : Comment cela est-il possible ?

Benzoate : C’est bien elle, je ressens son pouvoir, suit-moi ! répliqua-t-il en courant encore, fatigué physiquement de porter son amie.

Malheureusement, un peu plus loin dans les arbres morts, Benzoate s’effondra après avoir trébuché sur une racine et laissa tomber Cysia à proximité. Le jeune homme s’empressa d’aller voir l’état de sa nouvelle amie et pu apercevoir quelqu’un à travers la forêt, s’avancer doucement vers eux… Ce n’était qu’une silhouette effrayante répétant sans cesse « Tu es à moi maintenant ! » où seul Sacha pouvait l’entendre apparemment. Le vieux Sram, affolé tenta de se relever du plus vite qu’il put, en traînant son amie mais son épuisement eu raison de lui, ne pouvant la transporter plus loin, il se mit à hurler.

Les bestioles des alentours entendirent son appel et se précipita pour attaquer le groupe d’individu. Des monstres terrifiants apparus rapidement autour d’eux, se laissant tous les dents acérés en constatant le fabuleux repas qu’ils auront ce soir.

En se lançant sur Sacha et les autres, une lumière très vive apparu autour d’eux, repoussant toutes les créatures des environs, l’herbe sous leurs pieds commença à devenir de plus en plus verte et les arbres se remis à vivres. À travers la silhouette effrayante, apparu une femme vêtu de brindilles et de feuilles d’automnes.

Inconnue : Vite ! Suivez-moi avant qu’il ne soit trop tard !

Faisant apparaître des ronces tout autour d’eux, celles-ci s’empara de Cysia pour la transporter jusqu’à la maison de l’individu.

Inconnue : Vous suivez ou vous mourez, c’est à vous de décider ! dit-elle en courant vers son habitation.

Sans plus attente, Benzoate et Sacha suivirent l’étrange femme dans sa course pour sa survie. Ils puent se rendre tous sain et sauf dans la demeure de la femme et reprirent leur souffle tandis que celle-ci était en train de préparer une potion, derrière son comptoir, laissant Cysia sur un lit derrière.

Sacha : Qui êtes-vous ? demanda-t-il en reprenant tranquillement son souffle, la main sur son cœur, le sentant battre à toute allure.

Propriétaire des lieux : Il y a plus important pour le moment jeune homme. Répondit-elle doucement, d’un ton rassuré.

Le disciple de Sram ne put s’empêcher de se remémoré des souvenirs, il ne l’avait pas vu depuis si longtemps… Malheureusement, il aurait aimé la revoir dans des conditions plus joyeuses et festives, comme dans le passé.

Benzoate : Est-ce que tu pourras sauver Cysia !?

En regardant de plus près, Sacha pu apercevoir un visage familier qu’il avait déjà vu à travers l’inconnu.

Sacha : Vous êtes la Sadida de ma vision !?

Disciple de Sadida : J’ai autre chose à faire que de répondre à toutes vos questions donc taisez-vous et laissez-moi travailler ! dit-elle en terminant la préparation d’une potion et en l’administrant oralement à Cysia, couchée sur le lit derrière, sans réaction.

Après lui avoir fait boire toute la fiole, la disciple de Sadida se calma et alla voir le jeune Féca, qui lui avait l’air encore paniqué.

Disciple de Sadida : Elle s’en sortira ! Ne t’inquiète plus… dit-elle en lui serrant les mains ensemble pour le rassurer.

Sacha : Comment pouvez-vous en être si certaine ?

Disciple de Sadida : C’est moi qui ai fait en sorte qu’elle soit immortelle.

Sacha : Alors, ça veut dire que vous êtes…

Disciple de Sadida : Tu as bien raison, je suis l’une des fondatrices d’Origines. Tout le monde m’appelle Evil, je t’attends depuis longtemps mon petit Sacha.

…À suivre…





 

 
 
  |   125  |  Commentaires (2)  |  L'aventure de Sacha